bEDZIGUI

Les réflexes des politiciens camerounais ne sont plus imprévisibles. En périodes préélectorales, les retournements de veste sont si légions que les électeurs ne se gênent plus pour fouiller le fond de langue de certains. Il en est ainsi de Célestin Bedzigui dont le dernier revirement pour apporter son soutien à Paul Biya n’émeut personne. A période pareille, en 2004, ce natif de la lekë à la verve tranchante avait effectué une contorsion pareille au sein de la majorité présidentielle ; il s’en est tiré avec le « cadavre » d’une entreprise en agonie. Cette fois encore, alors que se dessine la présidentielle 2018, Bedzigui vient de profiter d’une tribune d’Eyebe Ayissi pour remettre la danse du ventre au gout du jour