Des évêques des régions du Nord-ouest et du Sud-ouest ont signé une déclaration le 04 octobre dernier sous le couvert de la province épiscopale de Bamenda. Les évêques de Kumbo, Mamfé, Buea, Kumba et Bamenda ont fait cette sortie pour observer et condamner « sans équivoque », la violence perpétrée par certains groupes de jeunes, de la même manière qu’ils l’ont fait pour dénoncer la barbarie  avec laquelle les manifestations du 22 septembre et du 01er octobre ont été réprimées dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest par les forces de sécurité.

CLERGE

Aujourd’hui, le problème a pris de trop grosses proportions. Si l’Etat ne réagit pas en conséquence, on s’achemine, d’après les évêques, vers un imminent génocide. « Nous devons arrêter ce génocide imminent », déclarent-ils. Pour ce faire, les hommes de Dieu proposent de libérer tous ceux qui ont été arrêtés, de restituer les corps des manifestants tués et dont on a perdu la trace à leurs familles, de démilitariser les régions anglophones, d’arrêter la propagande et la propagation d’informations qui tendent à minimiser le problème.

Pour finir, les évêques de la province épiscopale de Bamenda invitent les chrétiens à prier, particulièrement le 14 octobre, date à laquelle ils observeront une journée de deuil pour les morts de cette crise, ainsi que leurs familles.